Être écolo, c’est bien, mais en s’économisant, c’est mieux

Si on veut suivre les règles de l’art de la récup des palettes de bois, par exemple, il faut les récupérer dans la rue. Mais j’ai fait face à 2 problèmes :

  • Là où je suis, il y en a très peu. J’ai même fait plusieurs fois du repérage dans la zone industrielle, mais les entrepôts rendent les palettes aux fournisseurs. J’ai même attendu qu’un livreur tourne le dos pour en récupérer une.
  • Et quand j’en trouvais, elles disparaissaient le temps que je trouve une solution de transport.

J’ai perdu 3 semaines donc il faut faire des choix judicieux. Chercher des palettes nécessite beaucoup d’énergie. J’en ai perdu beaucoup. Donc j’ai décidé d’en acheter 4 à 3 euros/palette. Il fallait que je me booste avant de me démotiver.

Je veux bien être écolo et faire de la récup mais pas au détriment de ma forme et mon énergie. C’est pareil pour l’achat mes sacs de substrat où j’ai dû pédaler plusieurs kilomètres pour en trouver les moins chimiques possible. Être écolo, c’est aussi s’économiser. Je préfère être « écolo-nome ou écono-lo ». Respecter la nature, ça commence aussi par soi.

La Belle Plante


D’abord autrice et comédienne, elle s’est formée à la permaculture et à l’agroécologie en Asie, au maraîchage bio en France et au jardinage- paysagisme à l’école Du Breuil de Paris. Aujourd’hui elle est éco designer végétal et créatrice d’écohappenings. Elle fait vivre et comprendre la biodiversité avec humour et poésie.

Entretien avec une belle plante bio